EXPO AUDREY HEPBURN

EXPO AUDREY HEPBURN

Une exposition sur Audrey Hepburn à la National Portrait Gallery, c’est un peu comme l’opéra Carmen à la Scala de Milan, une exposition Joan Miro au Reina Sofia de Madrid ou une étude de l’oeuvre d’Andy Warhol au MoMa: c’est un blockbuster, un immanquable, on l’a déjà fait 1000 fois mais on y revient toujours.

Les références culturelles comme celles-ci sont évidentes, collectives et n’ont plus tellement de secrets à nous proposer, mais elles rythment quand même nos vies. Une fois tous les 4 ans à peu près, on est de nouveau mis a nus devant elles et elles agissent comme un miroir souvent très révélateur de notre rapport au monde.

Quand Lefrenchdude était jeune adolescent, il a découvert Audrey Hepburn dans des films comme Breakfast at Tiffany’s, Roman Holidays, Charade ou encore Safari. Depuis, toujours amoureux d’elle, il a changé de regard sur cette icône du 20ème siècle. Belle, raffinée, drôle, caractérielle, exigeante, romantique, gold digger: Audrey Hepburn, comme ses personnages de cinéma, a plusieurs facettes à explorer, et à chaque fois qu’on y regarde de plus près, on en trouve une nouvelle.

En cette année 2015, replongez donc une énième fois dans l’univers enchanté de cette femme merveilleuse, et de son influence sur le monde dans lequel nous vivons. L’exposition, comme toujours passionnante à la National Portrait Gallery, a ouvert en ce début d’année et se finit en Octobre, donc vous avez le temps. Figurant les photos de Cecil Beaton, Richard Avedon et Irving Penn, elle inclue aussi de rares photos intimes.

On reste, évidemment, fasciné par la légèreté de sa silhouette et par son style d’une grande, grande élégance. On se demande ce qu’on aurait fait si on l’avait croisée, un jour. Et on ressent très vite une sorte de mélancolie. Un peu comme ce qu’elle a l’air de ressentir dans certaines photos. C’est difficile à décrire, mais c’est très palpable quand on ressort de l’exposition.

Lefrenchdude, lui, ne s’est de toute façon toujours par remis de cette fabuleuse scène de la fête dans Breakfast at Tiffany’s. Et c’est là qu’il eut aimé être, l’espace de quelques instants, échanger quelques mondanités avec elle, renverser un verre, danser un peu et rentrer un peu saoul dans son appartement en sachant très bien qu’il ne pourra jamais vraiment la comprendre complétement.

Lefrenchdude n’a pas pleuré en écrivant cet article, non, non, ce sont des rumeurs.

Détails Pratiques:
Prix: £9
London National Portrait Gallery
St Martin’s Place London WC2H 0HE
10am-6pm – nocturne le vendredi, 9pm
Rendez-vous sur le site de la National Gallery

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*