YOU SAY YOU WANT A REVOLUTION – V&A

YOU SAY YOU WANT A REVOLUTION – V&A

Quand on lui a dit que le V&A faisait une expo sur les sixties, Lefrenchdude a poussé un long soupir : une satisfaction, certes, mais il aurait préféré que cela se passe il y a 5-6 ans.

À l’époque, il avait 25 ans, les cheveux longs et des rêves plein la tête. Il venait d’arriver à Londres et se disait que tout était possible : faire une carrière dans le cinéma ? Absolument. Se lancer dans une start-up avec un pote pour changer le monde ? Why the fuck not.

Et dans ses oreilles les Kinks, les Stones, les Doors, Led Zeppelin, Jacques Dutronc, Jefferson Airplane et Jimi Hendrix. Oh pas seulement de temps en temps comme ça – tout le temps. Une vraie fascination pour une période de l’histoire qui sut mêler comme jamais les soulèvements politiques fondateurs du semblant d’équité dans lequel nous vivons aujourd’hui, une créativité musicale hallucinante, un style cinématographique libre, engagé et généreux en terme de chef d’œuvre, et une mode vestimentaire beaucoup trop cool. A l’époque, toutes les promesses de cette décennie faisaient écho à celles du Frenchdude. A l’époque…

Oh il sait bien qu’il n’est pas le seul : tout le monde s’est au moins une fois dans sa vie, penché sur les sixties. Mais aujourd’hui passé 30 ans, Lefrenchdude regarde tout ça avec la bienveillance d’un grand-père à qui un petit-fils raconterait sa première date. C’est donc le sentiment prédominant quand on rentre dans l’exposition: mais très vite, de nouvelles facettes se dévoilent, les objets mythiques se succèdent, et c’est toute la furie de l’époque qui revient. “Il y a 5 ans j’étais pas si con que ça en fait – je me trompais souvent certes, mais les intentions étaient bonnes.”

Et alors que l’exposition se finissait en apothéose autour du mythique festival de Woodstock, Lefrenchdude était en plein emotional turmoil avec des questions du genre : “comme Paul Mccartney, je me suis rangé finalement. Il y avait trop de traffic donc je me suis pitoyablement arrêté sur le côté et je suis sorti de la voiture. J’ai abandonné.”

Aller voir cette expo, c’est un peu prendre le risque du nervous breakdown, mais la récompense est priceless: se rappeler finalement qu’il y a 50 ans, les intentions humanistes et libertaires ont forgé la décennie. C’est quand 2020 déjà?

En attendant, Lefrenchdude a booké ses tickets pour Goa – l’objectif est flou mais le résultat devrait être rigolo.

Infos pratiques:
You Say you want a revolution – V&A
Prix: £16
Cromwell Rd, Knightsbridge,London SW7 2RL
Prendre ses tickets

One Comment

  1. Pingback: TATE BRITAIN – DAVID HOCKNEY

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*